1 2 3 4 5 6 7 8

Banques et climat

Accueil > Des actions concrètes > Dans les banques d'investissement et de marché

Dans les banques d'investis­sement et de marché

1 LES BANQUES FRANÇAISES LEADER SUR LE MARCHÉ DES GREEN BONDS

> Comprendre les Green Bonds
+

Les Green Bonds (en français, obligations environnementales ou obligations vertes), sont des émissions obligataires, effectuées par une entreprise, une collectivité locale ou une organisation internationale, et destinées à financer des projets ou des activités définis, générant un bénéfice environnemental direct (énergies renouvelables, efficacité énergétique, adaptation au changement climatique...).

38 milliards USD


d'émissions pour 70 émetteurs
x3 par rapport à 2013


(0,5% du marché obligatoire)
4 Green Bonds Principles


(GBP) encadrent l'activité de l'émetteur.
Ils permettent aux investisseurs de bénéficier d'une information adéquate pour évaluer l'impact environnemental de leurs investissements et facilitent la structuration des opérations par les banques participantes.
Graphique

Crédit Agricole, via sa filiale CA-CIB, est le 1er acteur mondial d'émissions de Green Bonds en euros, détenant 13% de part du marché (2012-1er semestre 2015).
BNP Paribas (l'une des 4 banques les plus actives pour les émissions en euro et en dollar sur ce segment) lance en 2014 le Green Growth Bond, la 1re obligation verte de la Banque mondiale liée à un indice actions.
Groupe BPCE avec Mirova, filiale de Natixis Asset Management (Groupe BPCE) dédiée à l’investissement responsable, a lancé la sicav Mirova Green Bond - Global, l’un des premiers fonds au monde destiné aux obligations vertes.
Banque Postale, HSBC France, Natixis (filiale du Groupe BPCE) et Société Générale participent également au développement du marché.

Près de
53% de part de marché pour les banques françaises en 2014 (17,5 Mds€ de Green Bonds émis dont 8,5 Mds€ pour les entreprises françaises)



Quelques exemples d'émissions emblématiques récentes auxquelles ont participé les groupes bancaires français mentionnés ci-dessus :

Engie
Émission
2,5 milliards €
(2014)

Financement de la stratégie du groupe et de la transition énergétique.
Plus vaste émission obligataire à ce jour.

EDF
Émission
1,4 milliard €
(2013)

Financement d'un ensemble de 13 projets écologiques.

AFD
Émission
1 milliard €
(2014)

2e plus grande agence émettrice.

Unibail-Rodamco
Émission
1 milliard €
(2014)

1re obligation verte émise par une entreprise immobilière européenne

BEI
Émission
600 millions €
(2015)

Obligation climatiquement responsable.

IDF
Émission
600 millions €
(2015)

Plus grand émetteur local.

Paprec Group
Émission
480 millions €
(2015)

1re émission d'une ETI française.

2 PROJETS CLIMAT : DES FINANCEMENTS D'ENVERGURE

> Comprendre les Projets Climat
+

Les Projets Climat (en anglais, Green Projects), sont des projets contribuant à la lutte contre le changement climatique, qu'il s'agisse de la transition énergétique, du développement des énergies renouvelables, ou de l'efficacité énergétique.

Leur financement s'effectue directement ou via les 5 SOFERGIE (Sociétés de financement des économies d'énergie) qui dépendent à ce jour de groupes bancaires français (Natixis Energéco (Groupe BPCE), Norbail Sofergie, BPI France, Sogefinerg et CA-Unifergie).

Les SOFERGIE

Créées par la loi du 15 juillet 1980
pour financer l'efficacité énergétique,
elles proposent des solutions de financement
adaptées au rythme de l'évolution des marchés
et de la réglementation. Particulièrement
présentes sur les marchés français des énergies
renouvelables, des transports verts,
du traitement de l'eau et des déchets
elles sont l'un des principaux acteurs
du développement à long terme
(jusqu'à 18 ans).

Cliquez sur chaque pastille pour découvrir les Projets Climats financés.

BPCE
La Banque Postale
Crédit Agricole
HSBC
Société Générale
BNP Paribas
Crédit Mutuel
4 milliards € d'encours de financements verts (ENR, rénovation thermique) détenus dont 2 milliards € sur le retail (réseaux Banque Populaire et Caisse d’Épargne) du fait de sa structure de banque coopérative et universelle.
30% du financement de projets ENR (Source Infrastructure Journal).
Natixis fut arrangeur chef de file mandaté, teneur de livre, banque de couverture et " banque de due diligence des marchés de l'électricité " du financement du projet Gemini, parc éolien offshore aux Pays-Bas, d'une capacité de 600 MW.
9 nouvelles opérations financées par l'équipe Global Infrastructure and Projects (GIP) au sein du pôle Banque de grande clientèle (3,7 milliards € pour 1 319 MW).
27 projets financés par Natixis Energéco (372 millions €).
Environ 800 centrales photovoltaïques, éoliennes, biomasse et hydroélectriques financées en outre-mer et à l'international depuis 2006 par le réseau BCPE International.
L'un des principaux financeurs du secteur public.
De nombreux projets de transition énergétique financés (construction neuve, rénovation de bâtiments publics, travaux de réhabilitation sur les parcs de logements sociaux, transports propres...).
De nombreuses sociétés spécialisées sur les énergies renouvelables (photovoltaïque, éolien...) financées.
L'un des 1er acteurs mondiaux du financement des énergies renouvelables.
303 fermes éoliennes et 35 fermes solaires financées via sa filiale CA-CIB (15,8 GW de capacité installée).
Environ 30% du parc photovoltaïque et 25% du parc éolien français financés via sa filiale CA-Unifergie (qui accompagne les PME/ETI indépendantes).
Leader dans le financement par les marchés de projets éoliens, notamment la plus importante levée de fonds depuis 2010 pour la fabrication d’aérogénérateurs dans le cadre du refinancement de Vestas pour 1,4 milliard USD.
Seul coordinateur mondial, co-chef de file et teneur de livres lors de la première émission d’obligations vertes par une entreprise asiatique.
Leader mondial
du conseil dans le secteur du Gaz Naturel Liquéfié.
Pionnière du secteur de l'éolien maritime et de la capture et du stockage du carbone.
EXEMPLES DE FINANCEMENT
Le plus grand parc européen d'énergie photovoltaïque à Cestas près de Bordeaux (300 MW).
La première ferme éolienne offshore aux États-Unis (Block Island).
Leader mondial
du conseil sur le secteur de l'énergie conventionnelle et des énergies renouvelables en 2014.
Plus de 135 projets
d'énergie renouvelable financés ou conseillés dans le monde (dont 96 dans l'éolien).
Objectif de passer de 6,7 milliards € en 2014 d'exposition au secteur des énergies renouvelables à 15 milliards € en 2020.
EXEMPLE DE FINANCEMENT
Participation au plus important projet de fermes d'éoliennes jamais financé en mer du Nord - 2,1 milliards € (600 MW de capacité installée soit l'équivalent de la consommation de 785 000 foyers et une économie de 1,25 million de tonnes de CO2/an).
Une équipe dédiée au financement des énergies renouvelables.
Près de 60 projets éoliens, solaires ou de production d'énergie à partir de biomasse financés (4 000 MW).
EXEMPLES DE FINANCEMENT
2 parcs solaires aux États-Unis, 1 par éolien off-shore aux Pays-Bas et 1 réseau de distribution d'électricité en Finlande.

3DES CRITÈRES STRICTS AU FINANCEMENT DES INDUSTRIES FOSSILES

12 politiques Environnementales & Sociales (E&S) sectorielles et transversales adoptées par le groupe dans les secteurs économiques sensibles.

Réduction des activités liées au charbon pour s’inscrire d'ici 2020 sur la trajectoire du scénario 2 degrés de l'AIE.

Arrêt des financements des projets de développement de mines de charbon.

Arrêt des financements de projets de centrales thermiques à charbon dans les pays de l'OCDE à revenus élevés.

Depuis 2011, le groupe a refusé de financer les 2 tiers des projets de centrale à charbon pour lequel il a été sollicité en raison de leur trop faible efficacité énergétique.

Arrêt du financement des mines de charbon, des sociétés d'extraction de charbon n'ayant pas de stratégie de diversification, des centrales de production d'électricité au charbon dans les pays à haut revenu de l'OCDE, et de celles ne répondant pas à des conditions très restrictives dans les autres pays.

Par sa filiale Natixis

Soutien aux nouvelles centrales à charbon les moins émettrices de carbone avec des normes plus strictes pour les pays développés.

Pas de services financiers directement aux projets de nouvelles centrales à charbon, y compris les agrandissements, avec des unités individuelles de 500 MW ou plus et une intensité carbone supérieure à 850 g de CO2/kWh dans les pays en développement et à 550 g de CO2/kWh dans les pays développés.

D'une manière plus large, politiques de financement sur les secteurs économiques sensibles s'appuyant sur des " guides sectoriels " régulièrement révisés et affinés.

Mesure de l'empreinte carbone des financements en utilisant la Méthodologie P9XCA (mise au point par Crédit Agricole CIB et des universitaires). D'après la cartographie qui en est issue, des critères d'analyse et d'exclusion ont été dressés dans les secteurs d'activité les plus émetteurs, comme l'énergie (pétrole et gaz, gaz de schiste, centrales thermiques à charbon, centrales hydroélectriques, nucléaire) et les transports (maritimes, aéronautiques et terrestres).

Pas de financement de projets d'exploitation pétrolière offshore en Arctique, de projets de mines de charbon et des exploitants liés à cette activité, de nouvelles installations de centrales électriques au charbon dans les pays à haut revenu définis par la Banque mondiale.

Par sa filiale Natixis

Arrêt du financement des centrales électriques au charbon et de mines de charbon thermique dans le monde, en l'état actuel des technologies.

Engagement aussi à ne plus accepter de nouveaux mandats de conseil ou d'arrangement liés à de tels financements.

Renonciation à financer les sociétés dont l'activité repose de plus de 50% sur l'exploitation de centrales électriques au charbon ou de mines de charbon thermique.

Mise en place d'une méthodologie d'évaluation qui reprend l'échelle de classification des Principes de l'Équateur (EP).

Arrêt du financement de l'exploitation minière de charbon et des projets d'agrocarburant de 1re génération.

4 LE FINANCEMENT DE PROJETS À IMPACT POSITIF

> Comprendre les projets à impact positif
+

Un projet à impact positif est un projet dont l'impact positif doit être démontré sur au moins l'un des 3 piliers du développement durable (environnement, social, développement économique).
Il doit répondre aux intérêts de tous les acteurs, publics et privés, émetteurs et investisseurs.

  • 958 millions € de nouveaux financements à impact positif en 2014, soit + 35% sur l'année.
  • Société Générale est une des banques à l'initiative du Manifesto Positive Impact de l'UNEP FI en octobre 2015.
  • Des acteurs de l'énergie urbaine (réseaux de chauffage collectif, éclairage public et rénovation énergétique des bâtiments) financés pour un montant supérieur à 600 millions € via sa filiale CA-Unifergie.
  • De nombreux équipements et infrastructures déterminants de la mobilité durable, comme les tramways.
  • Des projets de développement et rénovation de réseaux de chauffage urbains (amélioration de l'efficacité globale, remplacement de chaudières thermiques au charbon ou au gaz par des unités de production de chaleur à partir de bois-énergie ou récupération de chaleur).
  • Des interventions dans les partenariats publics-privés de rénovation de réseaux d'éclairage public.
  • Leader du classement du " Forest 500 ", Global Canopy Program, classement des 500 multinationales impliquées dans le secteur selon les qualité et sérieux de leur politique pour protéger les forêts tropicales.
  • Leader dans le financement des systèmes de Bus à Haut Niveau de Service dans le monde, pour développer les réseaux de transports durables.
  • Dans le top 3 mondial sur le marché des émissions d'obligations vertes.
  • Lutte contre la déforestation avec la signature du Soft Commodities Compact et classé parmi les " Forest Leaders " par le Global Canopy Program.
  • Engagement de soutenir a hauteur de 100 millions € d'ici 2020 des start up qui innovent pour la transition énergétique (stockage, smart grids, ...).
  • Soutien à la recherche climatique, via une fondation qui finance des travaux internationaux de recherche, portés par des laboratoires renommés pour étudier les mécanismes du climat et les impacts de son dérèglement actuel sous l'influence de l'activité humaine.

5DES SERVICES POUR FACILITER L'ACCÈS À L'ÉNERGIE PEU CARBONÉE

Lancement du fonds Eurofideme 3 par Mirova, filiale du Natixis Asset Management (Groupe BPCE), son 3e fonds dédié à des projets d'énergies renouvelables en Europe avec une taille cible de 200 millions €.
Plus de 70% des projets financés dans le secteur de la production électrique dédiés aux énergies renouvelables en 2014.
Une démarche volontaire de réduction des émissions de CO2 induites par ses financements et ses investissements.
Des produits et services permettant aux clients de privilégier les énergies renouvelables, les transports propres ou les économies d'énergie, et d'accélérer la transition vers une économie décarbonée et un accompagnement dans la décarbonation de leurs portefeuilles de placement et de leur épargne.
Création de Green Desks en Italie, en Belgique et en France pour accompagner les entrepreneurs dans leur démarche d'économie d'énergie et de recours aux énergies renouvelables (cf. www.changetogreen.fr pour la France).
Une performance énergétique de 40% supérieure à la réglementation (RT2012) garantie par la filiale BNP Paribas Real Estate à ses clients corporate avec un engagement de remboursement d'un éventuel différentiel pendant 3 ans.
En 2014, 70% des projets que la banque a financés étaient dédiés à des actifs énergies renouvelables.
6 mandats de conseiller financier auprès des grands acteurs de la filière du GNL (Gaz Naturel Liquéfié) dans le cadre de leurs investissements en Méditerranée, en Afrique, en Asie et aux États-Unis.

6 L'ACCOMPAGNEMENT DES PAYS ÉMERGENTS
DANS LEUR TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

  • CÔTE D'IVOIRE

    Accord avec la Société Financière internationale (Groupe de la Banque mondiale) pour structurer une démarche RSE appliquée aux professionnels, impliquant tous les acteurs du processus de financement (via la filiale BICICI ivoirienne).
  • NIGER

    Participation au projet Awango de financement d'électricité solaire pour les 90% de la population démunie d'électricité (via la filiale Crédit Mutuel du Niger avec les réseaux bancaires coopératifs autonomes et les MUCODEC du Congo).
  • HAÏTI

    Opération "Ensemble, reconstruisons Haïti" qui a permis la reconstruction et l'aménagement de l'hôpital français de Port-au-Prince et d'un quartier d'habitation aux normes antisismiques et anticycloniques.
  • PÉROU

    Via sa filiale Natixis : le premier parc éolien péruvien (122 MW) développé par le groupe espagnol d'ingénierie Cobra et conseil financier pour le financement long terme de ce projet et de son jumeau Tres Hermanas (via la filiale Global Infrastructure & Projects).
  • PÉROU

    Participation de Société Générale aux côtés d'autres banques internationales, au financement de $800 millions pour la construction et l'exploitation de la 2ème ligne de métro de Lima, l'un des plus grands projets d'infrastructure en Amérique latine. Ce projet s’inscrit totalement dans la démarche de finance à impact positive.
  • BURKINA FASO

    Offre de prêt pour promouvoir et faciliter l'accès à l'énergie solaire et l'indépendance énergétique des populations.
  • ÎLE MAURICE

    Financement d'un parc éolien (9,35 MW - 11 éoliennes) développé par le groupe Gamesa (via les filiales locales Banque des Mascareignes et BPCE International).
  • CAMEROUN

    Accord avec la Société Financière internationale (Groupe de la Banque mondiale) pour garantir des prêts locaux dans le cadre de l'agriculture locale (via la filiale locale BICEC)
  • Membre fondateur de FARM (Fondation pour l'agriculture et la ruralité dans le monde), qui vise à promouvoir des agricultures et filières agroalimentaires performantes et durables en mobilisant chercheurs et acteurs du développement agricole du Sud et du Nord.
    > 5 projets impliquant 2 500 agricultrices et agriculteurs dans le monde en 2014.

7DES ACTIONS SOLIDAIRES EN FAVEUR DES POPULATIONS TOUCHÉES PAR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

Création du Fonds Urgence et Développement en 2012.

  • Ouvert à l'ensemble des collaborateurs de BNP Paribas dans le monde et aux clients.
  • Chaque don est doublé par BNP Paribas.
  • Les dons sont versés par le Fonds à trois ONG partenaires : CARE, Croix-Rouge Française et Médecins Sans Frontières.

Programme Eau HSBC: partenariat mondial de 100 millions de dollars sur cinq ans avec 3 ONG environnementales. Avec WaterAid, HSBC va fournir de l'eau potable à plus d'un million de personnes au Bangladesh, en Inde, au Népal, au Pakistan, au Nigéria et au Ghana.

Soutien aux réseaux mutualistes africains et asiatiques dont les actions ont un impact macroéconomique au niveau régional.

  • La valorisation de l'épargne collectée et le financement des activités de chaque village peuvent participer au ralentissement de l'exode rural, maintenir un meilleur équilibre dans de nombreuses campagnes et éviter les dérives d'une sur-urbanisation.

Signature d'un partenariat par Natixis Energéco avec le Fonds de dotation Synergie Solaire et l'entreprise JPEE, exploitant de parcs éoliens et solaires, pour financer le projet d'électrification de l'École du Bayon au Cambodge.

  • L'objectif : électrifier la cantine, les salles de classe et l'infirmerie par l'extension du système solaire photovoltaïque existant.

Actionnaire du fonds Livelihoods, dont l'objectif est d'améliorer les conditions de vie des populations rurales des pays en développement grâce à la finance carbone.

  • Financement de projets d'agroforesterie, d'énergie rurale et de restauration des écosystèmes.

8DES ACTIONS POUR LA PRÉSERVATION DE L'ENVIRONNEMENT

Exclusion des fonds de matières premières agricoles du périmètre des instruments financiers autorisés.

Financement de projets de solidarité climatique auprès des forestiers du Massif central, dans le cadre de son fonds carbone interne.

Financement d’initiatives régionales visant à la gestion responsable de notre environnement.

Développement de produits financiers solidaires en lien avec des structures gestionnaires d’espaces naturels sensibles.

Engagement pour financer la croissance des marchés de l'huile de palme, des produits de bois, du soja et du bœuf sans générer de déforestation nette à l'horizon 2020 dans le cadre de la signature du Soft Commodities Compact (initiative conjointe de la Banking Environment Initiative et du Consumer Goods Forum).

Exclusion des producteurs de filets dérivants, de PCB, d'amiante, des activités liées aux espèces faunes et flores protégées par la convention CITES.

Aucun fond permettant de spéculer sur les prix des matières premières agricoles.

Vigilance sur le respect de bonnes pratiques comme la gestion de forêts responsables (standard FSC) ou la gestion de production d'huile de palme durable (standard RSPO).

Pas de financement de projet d'agrocarburants de 1re génération ni de mise en place des fonds investis majoritairement sur les matières premières agricoles.

Adhésion au " Soft Commodities Compact " dont l'objectif est de lutter contre la déforestation.

Tous les financements filtrés systématiquement au travers de huit politiques sectorielles pour réduire les risques environnementaux et sociaux.

Dans le cadre du Water Programme, travail avec le WWF aux côtés des autorités locales sur la régulation et la préservation de cinq bassins fluviaux prioritaires : le Yangtze, le Gange, le Mékong, le Pantanal et la vallée du Rift.

Haut de page