1 2 3 4

Banques et climat

Accueil > La politique environnementale des banques > En matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre

En matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre

1DES OUTILS DE MESURE POUR LE SUIVI DES ÉMISSIONS INTERNES DE CARBONE

Le programme de réduction carbone s’appuie sur un mécanisme innovant :
  • Le paiement par les entités du groupe d’une taxe carbone interne sur la base de leur empreinte carbone à 10 €/t CO2.
  • L'affectation des revenus de cette taxe à des initiatives internes d’efficacité environnementale récompensées lors d’une remise de prix.
  • Depuis 5 ans, 95 millions d’euros d’économies, plus de 38 000 tonnes de CO2 non émises et 220 GWh, soit la consommation annuelle d’environ 30 000 foyers français.
Le fonds carbone interne, constitué grâce à la monétisation de son empreinte carbone directe à hauteur de 10 €/tonne de CO2 émise, est dédié au financement de projets en faveur de la réduction des émissions de CO2. Il permet le financement et la mise en œuvre de projets internes proposés par des collaborateurs de la Banque et d'un projet environnemental externe (optimisation de la gestion forestière dans le Massif Central en 2015, promotion de l'agro-foresterie dans le bassin de l'Adour Garonne en 2016 et financement du réseau de fermes laitières bas carbone dans le grand Ouest et dans l'Est en 2017).
  • Engagement à devenir neutre en carbone d’ici la fin 2017 au moyen d’un programme de réduction de ses consommations d’énergie, d’achat d’électricité bas carbone et de compensation des émissions restantes via des offres de compensation répondant à des critères environnementaux et sociaux stricts
  • Réduction d’une tonne par collaborateur et par an des émissions de CO2, d’ici à 2020, par rapport à 2012.
  • Déploiement d’un outil de mesure de son empreinte carbone (bilan carbone annuel) pour chaque entreprise du groupe (Banque Populaire, Caisse d’Épargne, Natixis, Banque Palatine... et la plupart de leurs filiales) qui permet le suivi précis des émissions et la mise en place de plans de réduction associés.
  • Fixation comme objectif de diminuer son bilan carbone de 10% d’ici 2020 dans le cadre de sa stratégie.
  • Adhésion de Natixis à l’engagement « Paris Action Climat », avec pour objectif une réduction de 20 % des émissions carbone de ses bâtiments franciliens à horizon 2020.
  • Signature par Natixis de la charte « objectif 100 hectares » visant à développer et promouvoir les surfaces végétalisées dans Paris.
  • Développement d’un outil de mesure et d’un objectif de réduction : -10% réalisés entre 2012 et 2015 et un objectif de -15% supplémentaires d’ici fin 2018.
  • Engagement de compensation intégrale de l’empreinte directe de Crédit Agricole SA et de ses filiales jusqu’en 2040 par des investissements dans les fonds carbone Livelihoods.

2L'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

En France ou à l'étranger, les banques s'appuient sur des critères précis pour choisir un bâtiment commercial ou administratif : desserte de transport en commun, certifications sur le plan environnemental, bilan énergétique.

Elles effectuent systématiquement des audits énergétiques pour détecter les bâtiments énergivores afin d'engager des travaux d'amélioration et dans une amélioration continue, appliquent des outils de pilotage de performance à l'ensemble de leurs locaux.

Ainsi, le label Haute Qualité Environnementale (HQE), appliqué à certains bâtiments neufs (Société Générale, HSBC, La Banque Postale, Crédit Agricole...) contribue à économiser l'énergie.


Quelques exemples d'améliorations :

  • Certification ISO 50001 de 3 établissements (BPBFC, CEBFC, CEPAC)
  • Nouveau siège à énergie positive pour la CEAPC à Bordeaux Euratlantique
  • Rénovation complète de l’immeuble « Montmartre » de Natixis (Groupe BPCE) selon les meilleurs standards environnementaux (certifié « NF Bâtiments Tertiaires Démarche HQE », BBC par Label HPE  niveau Excellent et BBC « Effinergie Rénovation » et BREEAM le classant en catégorie « Very good »).
Radiateurs numériques récupérateurs de la chaleur produite par les ordinateurs et les serveurs .
100% de l'électricité achetée par Crédit Agricole SA sur Montrouge et St-Quentin est d'origine renouvelable.
  • Déploiement d'un outil de pilotage énergétique (GREEN) permettant de suivre en temps réel les consommations énergétiques d'un immeuble, et donc d'en maîtriser l'évolution et les coûts.
  • Alimentation des 3 tours de La Défense par de l'électricité verte.
  • 1ère banque européenne à obtenir la certification ISO 50001
Depuis le 1er octobre 2015, 100% des sites du groupe La Banque Postale sont approvisionnés en électricité d’origine renouvelable.
Équipements urbains de géothermie pour chauffer les bâtiments dans le Groupe CIC.
  • Première entreprise occupante à atteindre le niveau de certification " Attestation Haute Qualité Environnementale d’Utilisation de l’immeuble Cœur Défense ", pour la seconde année consécutive en 2014.

3Informatique : une consommation intelligente

Objectif de réduire de 4% par an les consommations énergétiques de son parc (soit une économie d’énergie de 9,4 GWh/an).
Engagement dans le plan d’amélioration européen code of conduct depuis 2012,
Réduction des consommations de 27 % en 3 ans de son Data Center de Chartres, soit une économie de 12 GWh.
Mise en place d’un procédé pour éteindre automatiquement les ordinateurs présents dans l’ensemble du groupe durant la nuit et de programmer son redémarrage le matin avant l’arrivée de l’utilisateur. Economie d’énergie réalisée de 5,7 GWh/an.
Actions significatives dans ses quatre datacenters. Sur les deux sites Antarès : récupération de la chaleur dégagée par les équipements informatiques pour le chauffage des bâtiments du datacenter ainsi que pour la revente d’énergie sous forme d’eau chaude, réfrigération des équipements informatiques par « freecooling » (en saison hivernale), certification ISO 14001...

4LA MOBILITÉ RESPONSABLE

Pour inciter leurs collaborateur à restreindre l'utilisation systématique de véhicules dans le cadre de leurs déplacements professionnels et de leur trajet domicile-travail, les banques ont mis en place des mesures très variées, telles que :
  • Mise en place de plans de déplacement entreprise
  • la formation à distance à partir du poste de travail
  • le télétravail (est expérimenté dans plusieurs banques comme La Banque Postale, HSBC, BNP Paribas, Société Générale, Natixis (Groupe BPCE) Crédit Agricole CIB…)
  • des services d'auto-partage, la mise à disposition de véhicules ou de vélos électriques pour les déplacements professionnels, une politique voyage plus restrictive qui invite à se servir des transports en commun plutôt que d'un véhicule de fonction.
  • formation à l’éco-conduite (plus de 2 100 collaborateurs de la Banque Postale formés depuis 2008).
L'objectif des groupes bancaires : 10 à 20% de réduction d'émissions de gaz à effet de serre par entité et par collaborateur
Haut de page